Réouverture de la pêche de la raie brunette : encore un rendez-vous manqué

Tout le monde attendait la réouverture de la "brunette" après 5 ans de fermeture et un passage par la liste des espèces interdites. L'ensemble des structures ont ces dernières années, lancés des études scientifiques en collaboration avec les professionnels pour démontrer la bonne santé du stock et qu'une pêche raisonnée était possible. De nombreuses propositions d'encadrement ont accompagné des études (pourcentage de captures accessoires, taille minimale, période de fermeture...).

 

Une délégation nationale a été reçues à Bruxelles fin 2014. Les services de la Commission européenne ont même félicité les pêcheurs français pour le travail effectué. Nous avions donc de bonnes raisons d'être relativement optimistes. Nous sommes au regret de vous annoncer que la pêche de la raie brunette sera autorisée exclusivement comme pêche accessoire sur la base d'un quota de 9 tonnes proposé pour le golfe de Gascogne dans un cadre réglementaire contraint (limitation de captures, suivi "type thon rouge"...).

Certes cette ouverture constitue une petite avancée mais est loin d'être à la hauteur des attentes. La déception est d'ailleurs proportionnelle à l'abondance de la "brunette". Encore une fois les décisions sont en complet décalage avec les réalités qui remontent du terrain.

 

Devant l'extrême faiblesse du quota et la difficulté de mise en oeuvre d'une pêche accessoire dans les conditions proposées, la commission "raies et requins" du Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins a demandé à la Direction des Pêches Maritimes et de l'Aquaculture de saisir Ifremer pour disposer d'un avis d'ici au 15 avril. L'objectif est la mise en place d'un protocole scientifique pour pêcher les 9 tonnes avec un panel de bateaux volontaires afin de continuer à collecter le plus d'informations possibles sur l'abondance du stock.

 

Malgré ce rendez-vous manqué, il faut persister. Apportons de nouveaux éléments scientifiques solides pour l'ouverture de nouvelles discussions sur la pêche de la raie brunette au sein du conseil des ministres de fin d'année. Il faut rétablir un TAC réellement en adéquation avec une exploitation durable dès 2016.