LE COREPEM, PORTEUR DE PROJETS FEAMP SUR LES MESURES 28 ET 40

FEAMP FEAMP Logo

Le Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche (FEAMP) contribue à la stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente et durable et à la mise en œuvre de la Politique Commune de la Pêche (PCP) et intervient dans le cadre de la Politique Maritime Intégrée. Pour la période 2014-2020, le FEAMP s'élève à 588 millions d'euros pour le financement de projets dans les domaines suivants :

  • Encourager une pêche durable, innovante et compétitive
  • Encourager une aquaculture durable, innovante et compétitive
  • Encourager la mise en œuvre de la Politique Commune de la Pêche (PCP)
  • Améliorer l'emploi et renforcer la cohésion territoriale
  • Encourager la commercialisation et la transformation des produits de la pêche et de l'aquaculture
  • Encourager la mise en œuvre de la Politique Maritime Intégrée (PMI)

En France, le programme opérationnel FEAMP est géré par la Direction des Pêches Maritimes et de l'Aquaculture (DPMA) du Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer.

Le FEAMP propose un catalogue de mesures aux objectifs divers que chaque Etat membre choisira de mettre en œuvre. Au sein de ces mesures, les mesures 28 « Partenariats entre scientifiques et pêcheurs » et 40 « Protection et restauration de la biodiversité des écosystèmes marins et régimes de compensation dans le cadre d'activités de pêche durable » concernent particulièrement le COREPEM.

L'amélioration des connaissances sur l'état de certains stocks et sur les activités de certaines pêcheries passe par une collaboration renforcée entre les scientifiques et les pêcheurs. Dans cet objectif, la mesure 28 prévoit : (i) d'organiser à l'échelle nationale la collecte de données permettant de répondre aux deux grands enjeux de la PCP : l'atteinte du Rendement Maximal Durable (RMD) et l'élimination progressive des rejets et (ii) de renforcer l'implication des professionnels de la pêche sur ces sujets en favorisant les partenariats entre scientifiques et pêcheurs dans l'acquisition de connaissances sur les activités de pêche et les ressources halieutiques.

La mesure 40 est directement rattachée à la priorité 1 de l'Union européenne « promotion d'une pêche durable sur le plan environnemental, efficace dans l'utilisation des ressources, innovante, compétitive et fondée sur la connaissance » en contribuant à la limitation de l'incidence de la pêche sur le milieu marin et à la protection et la restauration de la biodiversité des écosystèmes aquatiques. La mesure 40 vise particulièrement à améliorer les connaissances sur les interactions entre la pêche et le milieu marin et compléter les mesures de gestion concernant la pêche dans les Aires Marines Protégées (AMP).

Les appels à projets pour les mesures 28 et 40 se clôturent au 30 juin 2016. Le COREPEM a déposé deux dossiers en tant que porteur de projets et est partenaire sur un autre projet.

Le projet CATaupe est déposé dans le cadre de la mesure 28 par le COREPEM en partenariat avec l'Institut Français de Recherche pour l'Exploitation de la MER (IFREMER) et le Syndicat Mixte pour le Développement de l'Aquaculture et de la Pêche des Pays de Loire (SMIDAP). Il vise à mettre en place une série de 3 campagnes annuelles successives pour suivre l'abondance du requin-taupe dans le golfe de Gascogne et la mer Celtique. Interdit à toute exploitation depuis 2010, aucune information n'est disponible sur l'abondance du stock de cette espèce de l'Atlantique Nord-Est depuis lors. Cependant, les instances scientifiques comme la Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l'Atlantique (ICCAT) et le Conseil International pour l'Exploration de la Mer (CIEM) demandent la mise en place d'un suivi scientifique de l'abondance de cette espèce avant toute discussion sur son exploitation. Le projet propose également d'évaluer la taille de maturité des femelles par des méthodes non invasives (dosage d'hormones sur prélèvement de sang et échographies), ce qui permettra d'élaborer un indicateur d'abondance de la biomasse féconde. Des opérations de marquage satellite sont également programmées dans le projet pour confirmer l'existence d'une population ouest-européenne distincte. L'ensemble des travaux et des résultats effectués au cours du projet CATaupe sera valorisé auprès des experts scientifiques, des représentants professionnels régionaux et nationaux et des élus régionaux et européens.

Le projet Loire-Charentes Natura 2000 (LCN2000) est déposé sur la mesure 40 par le COREPEM en partenariat avec l'Agence des Aires Marines Protégées (AAMP) et le Comité National des Pêche et de Elevages Marins (CNPMEM). Il a pour objectif de (i) contribuer à mettre en œuvre la directive habitats-faune-flore 92/42/CEE du 21 mai 1992 en réalisant le volet « activité de la pêche professionnelle » des diagnostics socio-économiques prévus dans les documents d'objectifs (DOCOB),(ii) réaliser les analyses de risque de dégradation des habitats Natura 2000 par des activités de pêche professionnelle et (iii) proposer des mesures limitant les risques et contribuant au maintien ou à l'atteinte du bon état écologique des habitats Natura 2000. Ces actions seront remplies pour différents sites Natura 200, permettant la rédaction ou la mise à jour de leur DOCOB : Plateau rocheux de l'île d'Yeu, Plateau du Four, Plateau de Rochebonne, Estuaire de la Loire nord, Estuaire de la Loire - Baie de Bourgneuf.

Le projet COP-VALPENA est déposé sur la mesure 28 par l'Université de Nantes en partenariat avec les 7 CRPMEM membres de la structure partenariale GIS VALPENA. L'objectif principal du projet est de contribuer aux réflexions portant sur les mesures d'adaptations spatiales pour soutenir la compétitivité et la viabilité des flottilles de pêche dans un contexte de partage de l'espace maritime. Cet objectif se réalisera au travers de 4 actions : (i) consolider l'automatisation de la collecte de données via l'application VALPEMAP ; (ii) améliorer la stratégie d'échantillonnage ; (iii) accroître les capacités de traitement des données, de manière à mieux rendre compte des dynamiques spatiales et temporelles des flottilles ; (iv) assurer le transfert des méthodologies auprès des professionnels et la valorisation des résultats du projet.

Rendez-vous en septembre pour connaître les résultats des appels à projets !