Sécurité

Dans un environnement naturel parfois hostile et sur un lieu de travail spécifique qu'est le navire de pêche, les professionnels de la mer sont soumis à des obligations réglementaires leur permettant d'exercer leur métier dans les meilleures conditions de sécurité possibles.

La réglementation sur la sécurité maritime s'applique à 3 niveaux :

  • au niveau international : l'Organisation Maritime Internationale (OMI) et l'Organisation Internationale du Travail (OIT) adoptent des conventions sur la sécurité des navires et des marins. Les principales sont la Convention SOLAS pour la sauvegarde de la vie humaine en mer, la Convention de Torremolinos sur la sécurité des navires de pêche et la Convention STCW- F, sur les normes de formation, de délivrance des brevets et de veille pour les équipages des navires de pêche.
  • au niveau européen : en fonction des décisions internationales, l'Union Européenne adapte le droit européen par le biais de directives applicables à ses Etats membres.
  • au niveau national : après ratification des conventions internationales, l'Etat les transpose en droit français. De plus, en 2001 l'Etat a mis en place un plan spécifique pour la sécurité des marins pêcheurs.

Depuis de nombreuses années, les efforts des professionnels de la mer pour améliorer la sécurité à bord des navires sont nombreux. Plusieurs éléments contribuent à cette évolution, à la fois au niveau des navires ainsi que pour les marins.

NAVIRES :

Conception et modifications du navire :
Dès sa conception, la sécurité fait partie intégrante du navire (normes de construction, cloisonnement, stabilité, alarmes, installations fixes de lutte contre les voies d'eau et les incendies à bord ...). Chaque modification sur la structure du navire tient compte du respect des normes de sécurité.

Prévention des risques professionnels à bord :
Mise en place à bord de chaque navire d'un D.U.P (Document Unique de Prévention) servant à recenser et à hiérarchiser les risques professionnels à bord, puis à mettre en place des mesures de prévention, en sachant que l''équipage est associé à la réflexion.

Equipements et matériels de sécurité :
Les navires disposent d'équipements de détection (radar, AIS ...) afin d'éviter notamment les collisions en mer. En plus des équipements de protection individuelle de chaque marin, le navire est doté de matériel de sécurité et médical à usage collectif (balise de détresse, radeau de sauvetage, fusées de détresse, pharmacie de bord ...).

Visites de sécurité :
Les navires font l'objet de visites périodiques de sécurité, portant sur la vérification de leur conformité aux règlements, notamment sur les installations et matériels de sécurité. Ces visites sont effectuées par les inspecteurs du Centre de sécurité des navires (CSN). Ce service spécialisé rattaché hiérarchiquement au Directeur interrégional de la mer, traite de l'ensemble des problèmes de sécurité des navires.

A l'issue de leur visite, les inspecteurs du CSN délivrent les titres de sécurité du navire.

MARINS :

Aptitude médicale :
Que ce soit avant l'entrée en formation pour accéder au métier de marin pêcheur ou bien chaque année, tout marin est soumis à une visite médicale d'aptitude, pratiquée par un médecin du Service de Santé des Gens de Mer. Cette aptitude physique garantie que le marin est apte à remplir les fonctions pour lesquelles il est désigné à bord, pour sa propre sécurité et celle des autres membres de l'équipage ainsi que pour la sécurité du navire et la protection du milieu marin.

Formation :
L'accès et l'exercice de la profession de marin pêcheur nécessitent des qualifications professionnelles reconnues par des formations spécifiques. Celles-ci portent sur l'acquisition de compétences maritimes, sur la pratique de la pêche ainsi que sur la sécurité et l'assistance médicale à bord.

Equipements de protection individuelle :
Afin de prévenir les risques de noyade, le port d'un VFI (Vêtement de travail à flottabilité intégrée) est obligatoire en cas d'exposition au risque de chute à la mer.
De plus, les marins pêcheurs utilisent d'autres équipements de protection individuelle (gants, bottes et casques de protection ...) qui contribuent à la prévention des risques professionnels.
En cas de nécessité d'abandon du navire, l'équipage bénéficie de brassières de sauvetage et de combinaisons de survie.

Composition de l'équipage :
Tout navire doit avoir à bord un équipage suffisant, en nombre et en niveau de qualification professionnelle pour garantir la sécurité du navire et des marins à bord, ainsi que le respect des dispositions relatives à la durée du travail et aux repos.
Cet effectif varie selon le type du navire, la nature de sa navigation, les qualifications de l'équipage et l'organisation du travail à bord. Cette composition fait l'objet d'une décision d'effectif visé par l'Administration de la mer.

VFI Caseyeur
Exercice de survie